• Accueil
  • > Rente gazière et Plus-Value Fiscale

Rente gazière et Plus-Value Fiscale

L’indexation sur le prix du baril a détourné la rente gazière 

Les gouvernements algériens assistent en spectateurs aux sourdes batailles sur le partage de nos rentes pétrolière et gazière entre profits des multinationales et plus-values fiscales. Soumis depuis plus de 20 ans à une instabilité politique chronique, notre pays s’est retrouvé démuni de toute politique industrielle stratégique de défense de ses intérêts sur ses ressources en gaz qui sont bradées depuis 40 ans.

Dans un monde où les oligarchies industrielles militaires et pétrolières sont la source du pouvoir, aussi bien chez les pays producteurs que consommateurs, le marché mondial du gaz n’échappe pas à leur influence. C’est à travers les cheminements intercontinentaux des gazoducs que se mêlent les obligations de sécurité nationale et énergétique, service public et rentabilité commerciale.

Contrairement au pétrole, il n’y a même pas de place pour les petits acheteurs et spéculateurs. C’est un terrain réservé aux très grandes sociétés, aux poids lourds industriels. Dans ces conditions, peut-il réellement y avoir un marché concurrentiel? Alors que le marché pétrolier s’est mondialisé, celui du gaz reste majoritairement régionalisé et astreint à des relations bilatérales dans des contrats à long terme. Mais le développement du gaz naturel liquéfié (GNL) a changé la donne, et les flambées et les chutes du baril ont dévoilé le manque à gagner des formules d’indexation de prix. 

Une énorme rente gazière 

La première chaîne mondiale de transport de GNL est celle qui achemine en 1963, le gaz naturel de Hassi R’Mel à l’usine de liquéfaction d’Arzew puis le GNL en Angleterre à Canvey Island (jusqu’en 1985) et en France à Fos-sur-Mer où il est regazéifié et injecté dans le réseau de distribution. 40 ans plus tard, près de 66 % du gaz commercialisés par Sonatrach proviennent toujours du gisement gazier géant de Hassi R’Mel. Quant au développement du pôle gazier du Sud-Ouest (Reggane, Touat, Timimoun, Hassi-Mouina), les champs développés en partenariat entre Sonatrach et quatre compagnies européennes (Gaz de France, Total, Repsol, et Statoil), vont entrer en production en 2011-2012…. juste à la fin du prochain mandat présidentiel. C’est dire l’énorme enjeu du potentiel gazier algérien… qui justifie à lui seul le statu-quo politique à la tête de l’Etat. 

Sonatrach prévoit d’exporter 85 Gm3/an d’ici à 2012 et plus de 100 Gm3/an à partir de 2020 vers l’Europe. À ce titre, la compagnie s’est engagée à 36% dans la réalisation de deux gazoducs sous-marins devant relier l’Algérie à l’Espagne (projet Medgaz) et à l’Italie (projet Galsi), privant ainsi le Maroc et la Tunisie de récupérer une infime partie de la rente gazière en évitant les droits de passage par leur territoire. (1)

Par contre le mégaprojet gazier GNL intégré de Gassi Touil, initialement confié aux firmes espagnoles Repsol et Gas Natural, a été carrément saboté. Les espagnols voulaient retarder sa réalisation tant que le gazoduc Medgaz ne serait pas opérationnel et les contrats de livraison sécurisés. 

Sonatrach a annoncé un programme d’investissement 2007-2011 de 45 milliards de dollars (?), soit 9 milliards de $/an, dont 67% seront consacrés à l’amont pétrolier et gazier. L’effet d’annonce répété par Chakib Khelil sonne comme un rappel aux puissants de ce monde pour un soutien au maintien de Bouteflika à la tête de l’Etat. Personne, ni expert, ni université, ni contrôle parlementaire, ni parti, ni syndicat n’a jamais songé à vérifier la fiabilité de ces montants astronomiques que s’arrogent un nombre restreint de sociétés comme Halliburton.

Le récent scandale de la société mixte algéro-américaine Brown Root et Condor (BRC) a révélé à quel point les contrats du secteur étaient des pompes à fric prenant des avances colossales sur nos rentes pétrolière et gazière avant même l’entrée en production des puits. Il faut savoir qu’à Sonatrach, une soudure d’un tuyau, un serrage de boulon, et même une simple plaquette de présentation du rapport annuel est sous-traitée en devises fortes à une société étrangère. 

En passant de 8 exportateurs en 1991 à 15 en 2007, et un prix de marché supérieur à 4 $/MBtu, la chaîne de liquéfaction du gaz est devenue rentable et concurrentielle. Grâce au développement du GNL des mécanismes entre offre et demande se sont mis en place dans des marchés spot et peuvent justifier la fin des relations bilatérales à bas prix. 

Sortir du carcan de l’indexation 

L’emballement du marché pétrolier et la faible incidence sur le prix du gaz ont mis à nu le manque à gagner des contrats gaziers à long terme dont a été victime l’Algérie. Le Pdg de Sonatrach, Mohamed Meziane, a enfin annoncé sa ferme intention d’y renoncer, car ils «empêchaient Sonatrach de bénéficier de la hausse du pétrole». Il a indiqué que son entreprise comptait réduire la durée des contrats gaziers à moins de 5 ans. 

Ce nouvel état d’esprit remet en selle l’idée de création d’un cartel du gaz dans le style OPEP au prochain Forum du gaz qui se réunira à Oran. Ce sera la sixième réunion ministérielle depuis la création du Forum des quinze pays exportateurs de gaz en 2001 (Algérie, Egypte, Emirats arabes unis, Indonésie, Iran, Libye, Malaisie, Nigeria, Norvège, Oman, Qatar, Russie, Trinidad et Tobago, Venezuela).

Lors d’une réunion au Caire, le ministre égyptien du Pétrole, Sameh Fahmi, avait lancé un appel pour ne plus indexer les prix du gaz sur ceux du pétrole:«Il faudrait opter pour un marché plus libre et plus mature. Ce qui aboutit à des prix plus stables. Cela exige une révision sérieuse des mécanismes de détermination des prix … Je sais que cela n’est pas sans risque, mais si on ne le fait pas, la situation sera pire», avait avertit Fahmi.

Le ministre de l’Energie et des Mines, Chakib Khelil, avait déclaré plus tard que l’Algérie allait proposer « une étude sur la tarification du gaz », estimant son prix « sous-évalué »Les raisons historiques de l’indexation du gaz sur le pétrole n’existent plus. Le marché des combustibles n’est plus dominé par le mazout et, dans la plupart des pays européens, on utilise dorénavant plus de gaz que de fioul pour le chauffage domestique, les fours industriels et les centrales électriques. 

L’histoire de l’indexation du prix du gaz sur les produits pétroliers, conçue dans les années 60-70 peut prêter aujourd’hui à sourire. Alors que le gaz naturel est une énergie propre directement utilisable sans transformation, ni raffinage, il a été d’emblée comparé à l’énergie concurrente la moins chère. Le fioul et le gasoil étant des produits bas de gamme issus du raffinage du pétrole, la répercussion du prix du baril est longue à se faire sentir en raison des stocks. Des formules «secrètes» d’indexation fixées dans les contrats d’approvisionnement à long terme de 20 à 25 ans, se basant sur la moyenne des derniers 6 à 9 mois du prix des produits concurrentiels (gasoil ou fioul) permettent de «lisser» les variations de prix en les décalant dans le temps. 

En outre le prix initial contractuel du gaz découle d’une approche dite «netback»: on part du prix final souhaité, c’est-à-dire le prix du fioul substituable au gaz, et on retranche les coûts de tous les intermédiaires qui le séparent du marché final (transport, stockage, distribution et …taxes) pour en déduire le prix du gaz en tête de puit. Le prix ainsi obtenu était considéré «généralement supérieur aux coûts réels d’extraction du gaz». La valeur netback du gaz ainsi calculée était en fait la part minime de la rente gazière concédée au producteur. (2) 

Même la législation algérienne continue de protéger le culte du secret des contrats gaziers. L’Agence nationale pour la valorisation des ressources en hydrocarbures (ALNAFT) et la Commission de régulation de l’électricité et du gaz (C.R.E.G) publient des statistiques sur les ventes de gaz «sous respect de la confidentialité de chacun des contrats et avenants». Les premiers contrats arrivés à expiration fin 90-début 2000 ont été renouvelés sans remise en cause des formules d’indexation désavantageuses, mais en supprimant les clauses de destination pour les remplacer par des clauses de flexibilité. Cela donne à l’acheteur la possibilité de procéder à des opérations de trading comme celles ayant consisté par GDF à réexpédier des cargaisons de GNL algérien aux Etats-Unis lorsque les prix flambaient sur les marchés spot. L’acquéreur peut ainsi revendre ses achats excédentaires et concurrencer son fournisseur avec son propre gaz. 

Cette flexibilité a multiplié les opportunités de gains spéculatifs. A tel point que le stockage est devenu un lieu de transfert de la rente gazière. Le gaz naturel peut être stocké sous forme gazeuse dans divers réservoirs naturels: gisements de gaz ou de pétrole épuisés (425 dans le monde, principalement aux Etats-Unis), nappes aquifères (85 dans le monde), cavités salines (40 dans le monde), mines abandonnées (4 dans le monde). Depuis 2000, grâce à ses sites de stockage, l’Europe est en mesure de faire face à des ruptures d’approvisionnement de 9 mois avec la Russie et de 20 mois avec l’Algérie. Cette nouvelle stratégie de stockage chez les clients attire aussi les producteurs. Gazprom négocie des capacités de stockage avec la France, l’Autriche, le Royaume-Uni et la Belgique. Sonatrach négocie aussi un projet de stockage de gaz aux Etats-Unis. 

Vers un prix de référence du gaz 

Le marché mondial du gaz se trouve aujourd’hui dans une situation duale, avec d’un côté des prix spots directeurs sur les marchés américain et britannique alors que les marchés européen et en partie asiatique conservent le principe de l’indexation sur les produits pétroliers. Les principales places des marchés spot sont: 

- Henry Hub (New York Mercantile Exchange) aux Etats-Unis, - AECO (Natural Gas Exchange) au Canada, 

- Heren (British National Balancing Point), - Zeebruge Hub (Belgique), 

- IPE (International Petroleum Exchange) Londres Depuis la dérégulation des marchés gaziers aux États-Unis et au Royaume-Uni, le prix directeur du gaz naturel est défini par les prix spots à court terme qui reflètent l’équilibre offre/demande du marché. Même des multinationales actionnaires dans des puits de gaz, et soucieuses d’augmenter leurs profits, plaident aussi en faveur de marchés gaziers libres, dont les prix ne seraient pas liés à d’autres énergies. Exxon prévoit que l’essor du commerce de GNL favorisera la concurrence avec le gaz naturel et que le prix de cette énergie se basera de plus en plus sur ses propres fondamentaux. 

Le marché international du gaz est en train de se mettre en place avec trois ou quatre prix régionaux fortement corrélés, à l’image du marché pétrolier, sous l’impulsion des États-Unis qui représentent 25% des échanges mondiaux. Même en légère augmentation, le prix du gaz dans l’Europe communautaire reste faible par comparaison au marché américain où les cours du gaz sont relativement élevés. 

Aux États-Unis, l’année 2000 marque un réel tournant que personne n’avait anticipé : le prix du gaz a atteint progressivement plus de 5 $/MBtu contre 2 à 3 $/MBtu avant cette date. Il a dépassé les 7 $ en 2005. En Asie, depuis 2000 il s’établit autour de 5 $/MBtu contre une fourchette de 4/5 $ auparavant. Il s’est rapproché de 6 $ en 2005. 

En Europe, après avoir évolué entre 2 et 3 $/MBtu, le prix du gaz se situe depuis 2000 à plus de 4 $/MBtu. Il s’est rapproché des 6 $ en moyenne sur 2005. Le tableau ci-dessous reproduit les prix moyens annuels indexés dans les contrats de Sonatrach depuis 10 ans. On constate une différence de 1 à  2 $/MBtu avec les prix des marchés spot, aggravée par la forte dévaluation du dollar. 

Sur une stricte base d’équivalence énergétique, on peut estimer le manque à gagner du gaz algérien comme suit: - pour un brut à 20 $/baril équivalent à 3,7 $/MBtu, le prix du gaz était d’environ 2,5 $/MBtu - un prix de 50 $/baril justifiait un prix autour de 8,6 $/MBTU, alors qu’il était à moins de 4 $/MBtu - 60 $/baril  équivaut à 11 $/MBtu, alors qu’il s’est situé à moins de 7 $/MBtu On imagine aisément les pertes de prix quans le baril avait atteint 150 $. Des experts ont estimé que pour une quantité équivalente d’hydrocarbures exportés, la rente pétrolière est environ deux fois et demie plus importante que la rente gazière. 

Le transfert de la rente en plus-value fiscale 

Les prix des carburants à la pompe se sont envolés au rythme de la flambée du baril. Les distributeurs ne respectent même plus le temps de latence du roulement des stocks. Les prix augmentent au jour le jour, selon la cotation du baril, en maudissant publiquement les pays de l’OPEP, avec la complicité passive des pouvoirs publics. Et pour cause, les grands gagnants de cette inflation sont les Etats puisque la plus grosse part du prix est constituée de taxes, jusqu’à près de 80%. C’est ce qu’on appelle la plus-value fiscale. Il en va de même pour les prix de détail du gaz et de l’électricité dont les proportions fiscales restent floues. Ces plus-values fiscales servent évidemment à financer les énormes déficits budgétaires, en partie dus aux dépenses militaires.

C’est essentiellement pour cette raison financière que le marché du gaz est devenue la première préoccupation du G8, de l’OTAN et de l’UE.   Ne pouvant plus agir sur le prix du baril, les occidentaux s’inquiètent de la création d’un cartel du gaz qui va aboutir inéluctablement à un prix libre et concurrentiel. Ils mettent en avant leur sécurité énergétique, alors que leur seule préoccupation est le maintien d’un niveau élevé de plus-value fiscale en freinant la hausse des coûts d’approvisionnement. Les grandes manœuvres ont déjà commencé avec les opérations de fusion-cession-acquisition, comme celle de GDF-Suez, dont l’objectif est de s’accaparer le maximum de puits de gaz et de faire des économies d’échelle sur les coûts de distribution. Le but est de gérer les arbitrages entre coût d’approvisionnement, profits et plus-values fiscales pour déterminer des prix de vente supportables par les consommateurs.   Selon l’AIE, sur l’année 2000, le prix de tête de puits a représenté 34% du prix du gaz pour le consommateur domestique, alors que le transport comptait pour 19% et la distribution aux clients, 47%. C’est donc ce dernier coût qui représente la plus grande part du prix final payé par le consommateur. Avant 2000 et la hausse des prix du gaz, le prix de tête de puits représentait seulement 10 à 15% du prix final au consommateur.  A titre d’exemple, le président français Sarkozy a justifié les récentes augmentations du gaz par GDF (près de 10% en 6 mois) par l’indexation du prix du gaz sur le marché pétrolier dépendant de l’OPEP. Seul un article du Canard Enchaîné (16-04-2008) a remis en cause un tel mensonge, sachant que Gaz de France a réalisé en 2006 les meilleures performances de son histoire, avec un excédent brut opérationnel de 5 milliards d’euros et un résultat net de 2,3 milliards €, en croissance de 29 % par rapport à 2005, tout en augmentant ses investissements de 38%.

Pour les associations de consommateurs, il est difficile de savoir si les augmentations sont justifiées: « Gaz de France dit perdre beaucoup d’argent sur les tarifs régulés, mais il y a une opacité sur le calcul des prix, il n’est pas public« . GDF se défend de son côté en expliquant que ce calcul est confidentiel car « ‘il contient des informations sensibles« . En clair, l’entreprise ne tient pas à ce que ses concurrents et ses clients sachent combien elle paye son gaz.

Malgré leurs promesses de lier le prix consommateur du gaz aux fluctuations du marché pétrolier, les Etats européens ont refusé de baisser les prix après la chute du marché pétrolier engrengeant ainsi un maximum de recettes fiscales. L’autre facette du transfert de la rente en une plus-value fiscale totalement injustifiée consiste dans l’incroyable cadeau fiscal concédé aux sociétés pétrolières et gazières qui travaillent depuis des années en Algérie alors qu’elles ne sont pas considérées comme «un sujet fiscal algérien». Elles sont de fait exonérées, ainsi que leurs sous-traitants, de la TVA, des droits de douane et en partie des charges sociales. Une aberration qu’il serait opportun de chiffrer et à laquelle il est urgent de mettre un terme. 

La concurrence Gazprom-GDF 

Après des décennies de communisme pur et dur, les Russes se sont convertis au grand capitalisme pur et dur. Le groupe gazier Gazprom, détenu à 51% par l’Etat, est devenu l’entreprise la mieux valorisée en bourse dans le monde. Aucune société n’a rassemblé autant de capitaux que Gazprom, dépassant l’américain Exxon Mobil qui avait repris le titre de première capitalisation boursière mondiale au chinois PetroChina en mars 2008. Des analystes financiers estiment que la capitalisation boursière de Gazprom, qui détient 30% des réserves mondiales prouvées de gaz naturel, pourrait encore tripler d’ici 2012. La valeur de Gazprom a été multipliée par 32 en six ans, grâce à la hausse du prix de son gaz, imposée à ses voisins d’Ukraine, Géorgie et Bélarus et sur son marché intérieur. La grille tarifaire de Gazprom sur le marché russe a été révisée pour facturer 25% en plus les livraisons aux ménages en 2009, +30% en 2010 et +40% en 2011. 

Depuis son premier mandat présidentiel en 2000, Vladimir Poutine a fait de Gazprom sa priorité, le symbole du renouveau de l’économie russe. Il a doté le groupe d’un véritable gouvernement d’entreprise dont le patron Dimitri Medvedev, président du conseil de surveillance, a été élu à la présidence de la Russie… et de nommer Poutine premier ministre comme pour mieux démontrer que le pouvoir réel ne se situe pas dans les privilèges protocolaires, mais dans la sphère de décision économique. Poutine a fermement marqué son territoire en fixant les frontières à ne pas dépasser par Dick Cheney et les américains en Asie Centrale. Après le bras de fer avec ses voisins de l’ex-Union soviétique, Gazprom a signé un accord quasi-exclusif pour exploiter les grands gisements gaziers du Turkménistan. Alors que les américains et les turcs avaient entrepris des démarches parallèles à Achkhabad pour ressusciter le projet américain de 1997 de gazoduc trans-caspien visant à livrer le gaz turkmène à l’Europe via la Turquie. 

C’est dans l’optique de cette stratégie d’unir les intérêts des producteurs gaziers que Gazprom a tenté un rapprochement avec Sonatrach en 2006 qui a affolé l’UE et a été presque assimilé par l’OTAN à une déclaration de guerre. Mais l’accord de coopération Gazprom-Sonatrach signé en août 2006 s’est terminé en août 2007 et n’a débouché sur aucun projet concret, selon le PDG de Sonatrach. Tout en avouant que « les russes participent aux appels d’offre sur le projet de gazoduc de 4.000 kilomètres Transalia, qui reliera le Nigéria à l’Algérie pour l’approvisionnement européen et acheminera 20 à 30 milliards de m3 par an ». Une telle annonce n’est pas de nature à rassurer les européens et en particulier Gaz de France. Face au stratège Poutine, Sarkozy et Gaz de France font tout pour écarter le géant Gazprom et conserver leur influence sur le gaz algérien datant de l’indépendance et la découverte de Hassi R’Mel. Gdf a déjà conclu avec Sonatrach un accord d’une durée de 20 ans pour commercialiser en Espagne 1 milliard de m3 de gaz par an sur les 8 milliards de m3 qui seront acheminés dès 2009 par le gazoduc Medgaz, dont Gaz de France est partenaire à 12 %. En bénéficiant d’une confortable durée d’approvisionnement et d’un prix indexé, Gdf va renforcer sa position sur le marché européen du gaz naturel… et concurrencer Sonatrach qui a toutes les peines du monde à se faire accepter sur ce marché espagnol. Gaz de France est également présent dans l’amont algérien, où il détient les droits d’exploration et d’exploitation des hydrocarbures sur le permis du Touat, dans le bassin de Sbaa. 

Sarkozy veut faire de Gdf le fer de lance de la consolidation de la rente gazière en le fusionnant avec le groupe privé Suez. Le groupe Gaz de France emploie plus de 50.000 personnes dans 30 pays et réalise plus de 27 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Il exploite le plus long réseau de transport de gaz (31.610 Km) et gère le plus long réseau de distribution (185 000 Km) en Europe. Il détient la 2ème capacité de stockage en Europe avec12 sites de stockage (9 en aquifère et 3 en cavités salines) représentant une capacité utile de plus de 9 milliards de m3 en 2006, soit près de 20 % de la consommation annuelle française.  2ème opérateur européen de terminaux méthaniers avec 2 terminaux en service, le Groupe dispose d’une capacité de regazéification de 17 milliards de m3 par an. 

Gdf intervient aussi dans l’électricité d’origine nucléaire. C’est ce qui a incité le candidat Sarkozy à faire à l’Algérie une proposition de marchand de tapis qu’on peut qualifier aujourd’hui d’indécente: «la technologie nucléaire contre des puits de gaz». Il doit être bien informé sur notre incapacité à maîtriser seul cette technologie, vu que tous les investissements consentis dans ce domaine, avec le Commissariat à l’Energie Atomique, ont été sabotés. Les réacteurs de Draria et Aïn-Oussara sont devenus des gadgets qui ne servent même pas à la formation. Sarkozy doit aussi savoir que quelques-uns de nos experts nucléaires ont été assassinés par des «terroristes», d’autres se sont exilés et d’autres encore se sont recyclés en gérants de cyber-café ou en marchands de brochettes. Il faut donc tout reconstruire pour doter le pays de réacteurs qui produiront de l’électricité quand le pétrole et le gaz s’épuiseront. C’est apparemment ce qu’envisage de faire le gouvernement avec des partenaires russes, chinois, indiens… sans marchandage. D’autant plus que d’immenses espaces de notre Sahara peuvent se transformer en «plantations» de centrales nucléaires, sans risques pour les zones urbaines, et peuvent même exporter de l’électricité. 

La vision néo-coloniale de l’UPM 

Lorsqu’un prétendant essaie de séduire une riche héritière bien pourvue et bien dodue et qu’elle s’y refuse, il va tenter d’organiser les noces à son insu avec la complicité de sa famille et de ses voisines pour la mettre devant le fait accompli et lui passer la bague au doigt. C’est un peu ce qu’envisage de faire Sarkozy avec l’Algérie et son projet attrape-nigaud d’Union pour la Méditerranée «dont l’Algérie doit être un acteur majeur». Il a tout fait pour attirer Bouteflika dans le guet-apens de la réunion du 13 juillet qui devait sceller l’UPM dont il ne faut pas faire semblant d’ignorer son contenu réel. Sarkozy avait dévoilé à Tunis le fond de sa pensée purement coloniale. D’un côté une protection assurée aux régimes autoritaires et anti-démocratiques d’Afrique du Nord pour «renforcer la sécurité et freiner les flux migratoires». D’un autre côté une vision élitiste : «avec notre technologie et votre main d’œuvre nous pourrons lutter contre l’Asie». Il avait omis d’ajouter «avec le gaz algérien» pour barrer la route à la Russie.

Ce discours symbolise le projet messianique dont se croit investi Sarkozy pour maintenir l’Afrique du Nord sous l’emprise économique européenne contre les concurrents russe et chinois, et normaliser ses relations avec Israël. Dans cet espace méditerranéen mouvementé depuis des millénaires par des conflits religieux, civilisationnels et coloniaux, aucune sauce n’a jamais pris. Ni le processus de Barcelone, ni le Forum méditerranéen, ni les accords d’association de l’UE, ni la politique de voisinage, ni les rencontres des 5+5,… ni même l’Union du Maghreb et la Ligue arabe.

En vertu de quoi, Sarkozy détiendrait-il une nouvelle formule magique? Il veut marcher plus haut que ses talons alors qu’il n’a ni l’envergure de De Gaulle, ni le charisme de Chirac qui se sont bien gardés de s’engager dans une telle aventure. Sentant bien les réticences algériennes à l’habillage de l’UPM, et laissant Sarkozy s’embourber seul, des membres de l’UE changent leur fusil d’épaule et «souhaitent développer avec l’Algérie une relation stratégique dans le domaine de l’énergie». Une véritable course contre la montre s’est donc engagée entre l’UE et la Russie autour de la rente gazière algérienne. 

La situation économique et sociale d’Afrique du Nord prouve qu’elle n’a rien gagné dans ses relations avec l’Europe alors qu’elle lui fournit de l’énergie, de la main d’œuvre qualifiée à bon marché et qu’elle lui sert de défouloir touristique. Après 40 ans de «coopération» avec l’Europe, le dernier rapport de l’OCDE sur l’Algérie note que «l’industrie publique a perdu 80% de son potentiel depuis 1989…  et la croissance reste tributaire des hydrocarbures à hauteur de 46% du PIB». 

Que l’Algérie n’adhère pas à l’idée de l’UPM, c’est presque devenu une évidence. Mais qu’elle soit incapable d’en dissuader ses voisins maghrébins, c’est un drame. Elle n’a rien à gagner à rester isolée. Non seulement l’Algérie ne doit pas adhérer à cette UPM, mais elle doit aussi convaincre les autres pays d’Afrique du Nord de ne pas s’y laisser embarquer. Le projet de l’UPM a été proposé parce que l’UMA est inopérante et le pouvoir algérien en est en grande partie responsable. Il est toujours temps de changer de politique, et penser à créer un ou deux terminaux de GNL sur l’Atlantique pour ouvrir de nouvelles routes du gaz aux gisements du Sud-ouest. 

Saâd Lounès 

(1) Gazoducs MEDGAZ et GALSI: la trahison maghrébine de Bouteflika

(2) Exemple de formule gazière : 

P = Po + A x (G-Go) + B x (F-Fo) 

où : P = prix mensuel d’achat du gaz au producteur, 

Po = prix initial déterminé en «netback» à la mise en oeuvre du contrat, 

G / F = prix moyen sur 3, 6 ou 9 mois du fioul domestique G, du fioul lourd F.

(la moyenne permet d’atténuer les hausses ou les baisses des cours du marché pétrolier) ; 

A / B : coefficients d’équivalence énergétique. 

Laisser un commentaire

 

nassimok |
Villa à vendre dans le Péri... |
Libye |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Algeria News - Algérie Actu...
| loeilducyclone
| NOUAKCHOTTONLINE